Economie Mondiale en Mutation

Said El Mansour CherkaouiCalifornia – 15 Janvier 2021

Changing World Economy

During the 1980s, the differences between non-Western countries and Third World countries became evident with regard to economic changes and progress at the level of the participation in the new industrial division of labor … Continue to read.



إذا ريتا منكرن فغيره بي يديك فين لم تستطيع فغيره بي ليسانك فين لم تستطيع فغيره قلبك و دليك هو أضعف يمان

Crise Énergétique et Nouveau Libéralisme

Les Pétrodollars et le quadruplement du prix du pétrole avait effectivement rempli les caisses des Etats exportateurs du pétrole alors que les pays importateurs de l’occident traversèrent une crise sans précédent qui fut aggravée par leur propre acharnement interne et externe de se concurrencer sur le marché international, une phase de transition dont les grands contours.

La première « crise pétrolière » a commencé à l’automne 1973. Le quadruplement soudain des prix du pétrole sur le marché mondial a permis aux pays exportateurs de pétrole de faire des superprofits aux dépens des pays importateurs. Cela avait également d’énormes implications financières, car les pays exportateurs ne dépensaient qu’une petite partie de leurs revenus supplémentaires. En 1974, première année complète après le choc initial, l’excédent global du compte courant des principaux pays producteurs de pétroles s’élevait à 68 milliards de dollars (un tiers de leur PIB). Les principales contreparties à cet excédent étaient les déficits des pays industrialisés (31 milliards de dollars, soit 0,8% de leur PIB) et des pays en développement importateurs de pétrole (34 milliards de dollars, soit 10½% de leur PIB). Bien que ce contraste ait diminué au fil du temps, les pays exportateurs s’adaptant à la nouvelle situation ayant augmenté leurs dépenses, cette tendance générale a persisté jusqu’à la fin de la décennie.

Ainsi, les années 1974 et 1975 ont marqué la fin de la période dite des «trente glorieuses», celle d’un capitalisme relativement régulé, et, dans un même mouvement, l’entrée en récession. Pour y répondre s’est alors façonné, dans la décennie 1980, un nouvel agencement que l’on peut appeler capitalisme néolibéral.

Pétrodollars et Petro-Power dans le Moyen-Orient arabe:

L’administration du président Richard Nixon et les dirigeants américains précédents n’a pas observé une discipline fiscale et aggravé la conjecture internationale qui a touché en appuyant sur la valeur du dollar. Face à la détérioration de la balance des paiements, le Trésor américain est venu sous les attaques des institutions financières européennes qui ont exigé l’or pour leur argent. .La Combinaison continue de ces facteurs internes et externes aurait pu conduire à la destruction de la monnaie américaine. En fait, les déficits excessifs de l’Amérique est devenue la motivation pour l’expansion internationale. Par conséquent, les États-Unis face à l’effondrement des accords de Bretton Woods nécessaire pour stimuler la demande mondiale pour le dollar sans avoir à payer en or.

Selon l’accord, les États-Unis offrent une protection militaire pour les champs de pétrole de l’Arabie Saoudite. Le US a également accepté de fournir les Saoudiens avec des armes, et peut-être plus important encore, garantie une protection contre Israël.

L’équipe Nixon-Kissinger avait leur mandat pour le gouvernement saoudien comme suit: Les Saoudiens doivent accepter de prix l’ensemble de leurs ventes de pétrole en dollars américains seulement. (En d’autres termes, les Saoudiens étaient de refuser toutes les autres monnaies, à l’exception du dollar des Etats-Unis, à titre de paiement pour leurs exportations de pétrole.) Les Saoudiens seraient ouverts à investir leurs excédents des recettes pétrolières en titres de créance américains. Grâce à cet accord, le système pétrodollar fournit au moins trois avantages immédiats aux États-Unis.

  • Il augmente la demande mondiale de dollars américains
  • Il augmente la demande mondiale pour les titres de créance américains
  • Il donne aux États-Unis la possibilité d’acheter de l’huile avec une monnaie, il peut imprimer à volonté

En 1975, tous les pays de l’OPEP producteurs de pétrole avaient accepté le prix de leur pétrole en dollars et de tenir leurs recettes pétrolières excédentaires dans des titres de la dette publique des États-Unis en échange des offres généreuses par les États-Unis. Cet accord pétrodollar et le système connexe de recyclage des pétrodollars ont réintégré avec succès le dollar comme devise mondiale de faveurs et de préserver le dollar de l’effondrement compte tenu des déficits excessifs continuels aux États-Unis.

En outre, le système pétrodollar ont facilité l’accès à une richesse inédite qui a créé de grandes réserves de pétrodollars pour les gouvernements arabes conservateurs du Moyen-Orient. Le déluge de pétrodollars a permis aux exportateurs de l’or noir d’acheter des armes, étendre leur influence vers d’autres pays arabes et islamiques, pour dissuader toute dissension ou Progressiste gouvernements dans les pays voisins et à financer des conflits dans d’autres pays pour préserver leur propre version islamique et de leur propre orientation et identités ensoleillées.

Finance Internationale Propulsée par les Pétrodollars

Les exportateurs de pétrole ont dû décider comment utiliser leurs énormes excédents courants. Les chiffres d’investissement enregistrés formant cet excédent, indiquent que la majorité des fonds ont été placés sur un petit nombre de marchés bien établis. En 1974, plus de la moitié étaient placés sur des comptes bancaires et des instruments du marché monétaire (y compris des bons du Trésor à court terme) dans les pays avancés. Parmi les placements liquides aux États-Unis, les bons du Trésor représentaient moins d’un sixième du total, le reste étant placé dans des banques commerciales. Environ 25 milliards de dollars à long terme ont été accordés à des gouvernements et à des organisations internationales, ainsi que des titres d’État aux États-Unis et au Royaume-Uni. En général, ce schéma général a duré jusqu’à la fin des années soixante-dix.

Le contrecoup financier déclenché par les flambées des prix du pétrole des années 70 est survenu et fut aussi considéré comme le propulseur de la nouvelle expansion massive des flux de capitaux internationaux. Cette internationalisation du capital financier prit la relève de celle ayant commencé à la fin des années 60 qui fut favorisée par la déréglementation et l’essor nouveau des marchés de l’euro-monnaie. De ce fait, la crise pétrolière de 1973-1974 a renforcé ce mouvement, alimentant ces marchés par d’importantes entrées de liquidités connues comme les pétrodollars. À ce stade, les banques en Europe et dans les centres financiers offshore moins réglementés étaient bien mieux préparées à accepter et à placer des dépôts libellés en dollars et d’autres passifs liquides.

L’autre facteur facilitateur était la faiblesse de la demande globale dans les pays industrialisés, ce qui obligeait les banques de ces pays à rechercher d’autres débouchés rentables pour les pétrodollars que les exportateurs de pétrole leur fournissaient. De nombreuses banques confrontées à ce dilemme se sont tournées vers de nouveaux marchés où la demande de crédit était forte, notamment en Amérique latine, en Afrique et dans d’autres pays en voie de développement. Source: Chapitre II: Cours Du Pétrole Et Déséquilibres Mondiaux, Author(s):International Monetary Fund. Research Dept.Published Date:May 2006

Hausse tendancielle du taux de profit dans le revenu national

Dès la récession de 1967 aux Etats-Unis, le taux de profit a commencé à baisser et a chuté de façon continue jusqu’au début des années 1980. En faisant baisser la part des salaires, le tournant néolibéral permet alors de restaurer la rentabilité des entreprises, moyennant une série de changements qui vont alimenter la prochaine crise qui dépasse les frontières des pays avancées. Au cours des années 80, les différences entre pays non occidentaux et pays du tiers monde sont devenues évidentes en ce qui concerne les changements économiques et les progrès au niveau de la participation à la nouvelle division industrielle du travail et de la mise en œuvre de la stratégie industrielle.

En partie, le recyclage abondant des pétrodollars par les institutions financières des pays développés a contribué à l’augmentation de l’endettement des économies du tiers monde. La forte hausse des taux d’intérêt aux États-Unis d’Amérique pour lutter contre l’inflation au tournant de la décennie a augmenté le coût du service de la dette et provoqué des crises de la dette dans de nombreux pays. ” En savoir plus sur…. Réflexion sur la politique de développement dans les années 1970 et 1980-25 août 2017

L’Asie de l’Est et du Sud-Est a continué de croître rapidement en maintenant des liens étroits avec l’économie mondiale encadrée par les besoins des pays d’Europe occidentale et d’Amérique du Nord, facilitant le redéploiement des produits fabriqués dans les pays occidentaux qui, à la lumière de l’intégration internationale, étaient ainsi en concurrence au sein de leur propre marché de produits locaux, régionaux et internationaux.

Cette concentration du commerce et des relations industrielles a amené les pays en développement à considérer les institutions de Bretton Woods comme des clubs exclusifs des riches et comme des instruments pour faire appliquer une conditionnalité politique injustifiée. Institutions économiques multilatérales: l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT), la Banque mondiale et le Fonds monétaire international ont également fait l’objet d’une ambivalence substantielle.

«En conséquence, le monde a été confronté à une situation économique mondiale difficile à l’entrée des années 80 – une situation marquée non seulement par une inflation et un chômage élevés (déséquilibres internes) dans les pays développés, mais également par d’importants déficits de comptes. Balance des paiements courante (déséquilibre extérieur) dans de nombreux pays développés et en développement. En outre, la baisse de la demande dans les pays développés a entraîné une baisse des prix des produits de base et une détérioration des termes de l’échange pour de nombreux pays en développement qui dépendent des exportations de produits de base. 

Compte tenu de la situation économique difficile, de nombreux pays, en particulier en Amérique latine, dans les Caraïbes et en Afrique, ont vu leur endettement augmenter dans un effort pour maintenir la croissance économique. De même, le ralentissement économique dans les pays industrialisés avancés, accompagné de fortes fluctuations de la demande d’importations, a contribué aux difficultés économiques des pays les moins avancés, en particulier au début des années 80 et à nouveau au début des années 90.

Dans un tel contexte de pression institutionnelle internationale, l’ouverture et la libéralisation de l’économie se sont imposées comme une bonne politique et la Voie lactée pour exiger l’intégration mondiale. Ainsi, le libéralisme allié à l’internationalisation de la division du travail et à une redistribution et une localisation sélectives des investissements étrangers était considéré comme la seule voie vers le succès et le progrès. Par conséquent, l’acceptation du monde développé et de ses institutions financières par les pays tiers est devenue l’exemple à adapter et à suivre.

La réhabilitation des pays en développement a été tentée grâce aux recommandations demandées par les groupes financiers internationaux. Les pays en développement avaient mis en œuvre des stratégies qui entraînaient des déséquilibres macroéconomiques et une forte intervention de l’État. Les pays d’Amérique latine à revenu intermédiaire ont subi de graves chocs et ont été contraints de mettre en œuvre des réformes pour en inverser les effets. Alors que l’Afrique est restée largement dépendante des largesses internationales. Les pays en développement doivent encore corriger les effets de ces handicaps et mettre en œuvre une politique de stabilisation et des mesures de relance, des balances des paiements et des réformes fondamentales du régime de change, la libéralisation et la privatisation.

Les pays fortement dépendants des exportations de matières premières ont été peu affectés, en particulier les exportations de pétrole (guerre du Golfe). Même les exportateurs diversifiés ont également souffert, comme les pays exportateurs d’Asie de l’Est et du Sud-Est.

En ce qui concerne le développement des marchés financiers, le taux d’intérêt élevé qui prévalait au début des années 80 a fortement augmenté le taux du service de la dette, le service de la dette extérieure et a contribué à la crise de la dette. 

This image has an empty alt attribute; its file name is reaganomics-did-it-work-would-it-today-3305569-FINAL-5bc4c49a46e0fb0026b4a44a.png

Les Reaganomics ont traversé la frontière sud et ont débarqué la crise mexicaine d’août 1982, (nationalisation des banques et plus de dollars changés, transition entre Portillo et l’administration de Madrid). Une forte contraction des prêts s’est produite après la crise mexicaine.  DelaMadrid a suivi une politique néolibérale faisant face au voisin du Nord, le Reaganomics. Au Mexique, le nouveau président M. de La Madrid avait hérité d’un pays au bord de la banqueroute avec une dette extérieure de 85 milliards de dollars. Pour tenter de limiter les dégâts il avait imposé d’emblée de sévères mesures d’austérité.

La crise monétaire au Mexique était fondamentalement un problème de gestion monétaire à court terme, a déclaré Mahathir Mohamed de Malaisie. En outre, le Mexique traversait une frontière d’élimination politique telle que l’assassinat de Jose Francisco Ruiz Massieu, ancien gouverneur qui était secrétaire général du Parti révolutionnaire institutionnel au pouvoir, ou PRI., A été abattu dans une rue animée de Mexico, le 28 septembre 1994. Le meurtre s’ajoute aux chocs sanglants d’une année électorale qui avait déjà été caractérisée par l’incapacité du régime à contenir les pitreries violentes d’une poignée de soulèvement par le zapatiste considéré comme des « bandits en lambeaux au Chiapas et l’assassinat du premier candidat présidentiel du PRI, Luis Donaldo Colosio.

N.B.: Le Discours du President Reagan est en Anglais Américain
Miguel delaMadrid_Ronald Reagan: Mazatlan 1988

La crise de la dette des années 80 a entraîné de graves récessions dans presque tous les pays d’Afrique et d’Amérique latine. La Banque mondiale et le FMI de concert avec d’autres institutions financières internationales ont fait danser l’Afrique sur leurs propres mélodies et airs désastreux et le FMI est donc l’une des institutions les plus controversées qui avait aggravé la politique publique et poussé les pays africains à accentuer les problèmes sociaux. et les déficits financiers, l’Afrique continue de payer un prix élevé pour les politiques de conditionnalité imposées par la Banque mondiale et le FMI.

Pour inverser les déficits de la balance courante, qui ont forcé des ajustements du taux de change réel, les années 80 ont vu une dévaluation dramatique et des changements dans les régimes de change dans les pays en développement. Toutes les régions, à l’exception de l’Europe, ont connu une stagnation des exportations pendant la récession mondiale au début des années 80 et à nouveau en 1985-86. En conséquence, des politiques d’ajustement macroéconomique sont devenues nécessaires, telles que la mise en œuvre de mesures visant à réduire les dépenses publiques réelles, à augmenter les recettes, à ralentir la croissance des salaires et à contrôler la croissance de la masse monétaire, généralement par biais ou avec pour effet d’augmenter l’intérêt réel.

Par conséquent, les pays en développement en difficulté ont été confrontés à de fortes pressions pour éviter les défauts de paiement et mettre en œuvre un assainissement budgétaire, souvent imposé par les conditions d’obtention d’un soutien financier. Cela a exacerbé le coût et la durée de la crise. L’accent a été mis sur l’austérité et la révision rapide du budget, et les coûts sociaux et économiques élevés sont souvent négligés. Les gouvernements ont subi des pressions pour réduire les dépenses sociales et investir dans les infrastructures dans le cadre du processus d’ajustement, qui a eu des effets à long terme. Après 1987, la croissance des exportations a repris et les exportations asiatiques ont été fortes, relançant l’hémisphère occidental, qui s’est redressé. En Amérique latine, dans les Caraïbes et en Afrique, il a fallu plus d’une décennie pour que l’économie se redresse, et depuis lors, les années 80 ont été qualifiées de décennie perdue de développement.

En fait, un transfert négatif se déroula pour toute l’Amérique latine en 1983 et durant le reste dans les années 90. Pour l’Afrique, le transfert net aux créanciers privés est devenu négatif en 1983, mais la dépendance aux prêts commerciaux a été moins prononcée, compensée par les flux officiels. La politique courte est devenue le moyen de résoudre ces problèmes structurels.

Ouvrir la porte à l’intégration mondiale et aux effets de la crise internationale

Parmi les États industrialisés avancés, l’agenda pour une intégration plus approfondie est ambitieux, ce qui inclut l’harmonisation des normes avec la coordination des politiques macroéconomiques. En fait, c’est le secteur de la Recherche et Développement dans des domaines technologiques avancés à forte valeur ajoutée que la différence et les écarts se sont creusés même au sein des groupes de pays développés en termes de compétitivité internationale de leur produit et de niveau de croissance économique. Dans le même temps, cette compétitivité internationale a eu des ramifications et des répercussions sur les pays en développement, conditionnant ainsi une trajectoire d’ajustement pour leur course effrénée à ajuster leurs économies en fonction des demandes des pays industriels avancés.

Ces demandes se sont largement concentrées sur le cadre législatif pour le traitement des investissements directs étrangers dans les pays en développement et Subcapitalistes.  L’amélioration du climat des investissements étrangers était donc généralement liée aux changements réglementaires plus larges nécessaires pour aligner les pratiques nationales sur celles des pays industrialisés avancés. Pour cette raison, les règles régissant ces investissements sont considérées comme une composante du programme d’intégration profonde basé sur un ajustement structurel des politiques nationales autour d’une norme négociée.

La libre circulation des biens et des capitaux (et non de la main-d’œuvre) est assez bien acceptée dans les États industriels avancés ainsi que les mécanismes compensatoires qui atténuent les coûts sociaux associés à une économie ouverte. Dans les pays en développement, en revanche, les coalitions nationales favorables à une position plus ouverte de l’économie mondiale n’étaient généralement pas consolidées.

Au cours des années 80, les différences entre pays non occidentaux et pays du tiers monde sont devenues évidentes en ce qui concerne les changements économiques et les progrès au niveau de la participation à la nouvelle division industrielle du travail et de la mise en œuvre de la stratégie industrielle.


1974 et 1975 ont marqué la fin de la période dite des «trente glorieuses»
  • Commerce électronique en Afrique ★ 17 septembre 2020 ★ En permanence mis à jour avec de nouvelles contributions et tendances Pour des technologies émergentes meilleures ou pires qui changent l’Afrique! Ces efforts vont-ils accroître l’utilisation des technologies de l’information et de la communication et développer la pénétration du haut débit en Afrique? La technologie augmentera-t-elle le fossé ou aidera-t-elle…
  • Partenariat économique global régional Asie-Pacifique ★ 22 novembre 2020 ★ Évolution de l’économie mondiale – 1er décembre 2020… Continuer la lecture Les dix pays de l’ASEAN et cinq pays d’Asie-Pacifique, dont cinq membres du G20 (Chine, Japon, Corée, Australie et Nouvelle-Zélande) viennent de conclure un accord commercial majeur appelé…
  • Brésil et États-Unis: renouvellement des engagements commerciaux ★ 24 octobre 2020 ★ Les États-Unis et le Brésil ont signé trois accords lundi 19 octobre 2020, selon eux, élargiraient et approfondiraient leur accord commercial existant, le dernier moment de liaison sous les présidents Donald Trump et Jair Bolsonaro. Le nouveau protocole ajoute des chapitres sur…


Intégration régionale, niveau de compétitivité mondiale

Certains ont qualifié les années 80 de décennie perdue pour l’Amérique latine, sinon pour le reste du monde en développement, qui ont tous deux été caractérisés par des problèmes économiques et une évolution de l’autoritarisme politique.

  • Baisse de la disponibilité des prêts commerciaux externes au début de la décennie
  • Une forte pression pour s’adapter en conséquence
  • Régression des organes politiques et des libertés:
  • Élargir la définition de la conditionnalité pour l’assistance multilatérale et bilatérale
  • Pression bilatérale croissante sur la politique commerciale américaine
  • Changements importants dans les attentes concernant la participation des pays en développement au GATT
  • Investissement direct étranger et intégration régionale
  • L’une des conséquences de la crise est l’incitation à attirer les investissements directs étrangers. Dans les années 70, les pays en développement à revenu intermédiaire dépendraient d’un accès assez facile au financement extérieur via les marchés des devises européens.

Investissement étranger direct


Pour attirer les investissements étrangers, nous commençons à parler d’intégration régionale et d’intégration dans les règles et normes internationales.

  • En Amérique latine, les effets de cet impact sont la libéralisation et la privatisation et les réformes des systèmes réglementaires.
  • Grand impact et influence des États industriels avancés et des investisseurs étrangers sur ce que le gouvernement peut faire.
  • Une façon de rendre le renversement de ces politiques coûteux.
  • FMI avec le soutien de la Banque mondiale et de la banque régionale de développement, négociation de programmes et conditions pour plus de prêts: politiques d’ajustement ou ce qu’on appelle la politique de la ceinture serrée.

La Banque mondiale et le FMI estiment que les ajustements structurels tels que l’ouverture et la libéralisation des échanges, les régimes réglementaires et autres réformes peuvent profiter aux pays les moins avancés. L’ingérence des agences de crédit internationales et leur diktat imposé aux économies sous-développées et moins développées a contribué à façonner un statut de condition et de constitution sous-capitalistes pour les pays endettés et à s’intégrer dans le circuit mondial des prêts internationaux.

Effets sociaux de la politique d’ajustement dans les PMA

Au cours des années 80, la reconnaissance croissante des réformes est également devenue un tremplin pour le donateur pour nourrir les PMA. L’examen fait partie du don. L’aide japonaise s’inscrit dans la tendance du «dialogue politique» entre donateurs et bénéficiaires.

Source: Philippe Hugon,
Incidences sociales des politiques d’ajustement 
Revue Tiers Monde  Année 1989  117  pp. 59-84

Au niveau géostratégique, les politiques de «confinement» et de neutralisation des courants de pensée qui pouvaient remettre en cause la prédominance des stratégies libérales de conquête des marchés internationaux avaient réussi à contrecarrer toutes les tentatives de création et de mise en place d’alternatives de développement économique fondées sur la modèle et une vision du Tiers-Monde. 

Ainsi, malgré l’avancée et la créativité de plusieurs Masters en développement économique, tels que G.Destanne de Bernis, François Perroux, le Suédois Myrdal, l’Argentin Prebisch et le Brésilien Furtado et le Hongrois Tibor Mende, le libéralisme a continué à naviguer et à survivre. toutes les réformes sociales même en recourant aux coups d’État, au boycott et aux actions de couverture sinon l’élimination pure et simple des dirigeants des mouvements non alignés ou de libération nationale économique.

Un travail de sape des militants nationalistes considérés comme de gauche a été entrepris tout au long d’une longue période dans le but de «purifier pure et simple» la résistance individuelle et les mouvements de masse de la remise en cause des fondements politiques et économiques, sociaux, culturels et même religieux. Libéralisme Made in l’ouest.

En Afrique, le ratio d’investissement, qui donne une indication des perspectives de croissance future, est tombé au niveau enregistré au milieu des années 60 et dans certains pays n’est plus suffisant pour maintenir le capital de l’économie Stock. Dans les pays les plus endettés, les salaires réels sont désormais inférieurs à ceux de 1982 (38% de moins au Mexique et 21% de moins au Brésil) et le chômage a augmenté en raison du ralentissement de la croissance économique. 

Effets de la crise et des politiques d’ajustement sur l’économie informelle

Depuis le début de la crise de la dette, les pays du tiers monde, et en particulier les pays les plus endettés d’Afrique et d’Amérique latine, ont connu dans certains cas une grave détérioration des conditions sociales, un niveau croissant de pauvreté absolue, un effondrement partiel de la situation sociale. et infrastructure physique, augmentation de la criminalité et troubles internes qui ont entraîne a la fois une poussée de l’économie informelle comme un palier et un substitut au manque d’opportunités d’emploi, au et au rétrécissement des salaires et du marché du travail. Le revenu par habitant des pays endettés a chuté d’un septième depuis 1980 et celui des pays d’Afrique subsaharienne d’un quart? 

Les dépenses publiques ont baissé de 18% dans les pays endettés et les investissements publics ont été réduits de 35%, compromettant les perspectives de croissance et entraînant une dégradation des indicateurs sociaux.  Par exemple, la plupart des pays en développement réduisent leurs dépenses de santé et d’éducation et réduisent la qualité des services publics dans ces domaines. Les dépenses d’éducation par habitant en Amérique latine sont maintenant inférieures au début des années quatre-vingt et les dépenses en capital des établissements d’enseignement ne représentent plus qu’une fraction de ce qu’elles étaient. Il en va de même pour les services de santé, avec pour conséquence que la baisse de la mortalité infantile dans les pays tiers du monde s’est ralentie et que la mortalité mondiale est à nouveau légèrement en hausse.

Il y a maintenant une tendance plus large vers la littérature critique sur le Tiers-Monde pour blâmer les programmes d’ajustement prescrits par le Fond Monétaire International et/ou la Banque mondiale pour ces évolutions défavorables, car ils nécessitent tous des réductions assez sévères des dépenses budgétaires et d’autres mesures de régulation afin de freiner la demande et orienter les pays ayant des économies moins développées vers la promotion et l’encouragement des exportations, entraînant une baisse des salaires réels, une augmentation temporaire du chômage et la destruction de la capacité de production nationale.  La mise en œuvre de tels programmes d’ajustement sur les conditions du marche international et le besoin d’extraire des dividendes par l’acquisition de devises fortes pour régler le service de la dette extérieure a également et l’un des responsables de la montée des conflits internes et de la répression dans les sociétés en voie de développement. 

D’un autre côté, nous lisons souvent que démocratisation et ajustement sont inconciliables ou que seuls les régimes autoritaires sont capables d’exécuter les programmes typiques du FMI qui favorisent l’austérité et le serrage de la ceinture tant au niveau de l’Etat qu’au niveau du consommateur.

Bombe de gros billets de cent dollars avec une mèche chaude. Peu de temps avant l’explosion. Le concept de crise financière internationale de la monnaie,
la Banque mondiale et le FMI et d’autres banques internationales exigeaient le paiement des intérêts et du service de la dette, qui dans de nombreux cas représentaient 25% et plus de la valeur des exportations totales des économies endettées.

S’ensuit une spirale d’endettement dont les répercussions vont au-delà de la croissance économique et de l’équilibre des comptes extérieurs, elles se traduisent par une aggravation des conditions de vie des couches sociales déjà les plus pauvres des pays en développement. Pour cette raison, les pays donateurs ont généralement laissé les questions de conditionnalité politique entre les mains des institutions financières internationales.

Source: Institut f0r AIIgemeine 0berseeforschung, Hambourg, Allemagne de l’Ouest, INTERECONOMICS, mai / juin 1990

Inégalités Sociales, Masse Salariale et Commerce International

La Banque Mondiale et les Inégalités Sociales

Dans un discours majeur au National Press Club à Washington le 10 octobre 2007, Robert Zoellick a formulé ce qu’il a décrit comme « six thèmes stratégiques à l’appui de l’objectif d’une mondialisation inclusive et durable » qu’il a proposé de guider les travaux futurs de la Banque Mondiale:

Premièrement, le Groupe de la Banque mondiale est confronté au défi d’aider à surmonter la pauvreté et à stimuler une croissance durable dans les pays les plus pauvres, en particulier en Afrique …

Deuxièmement, nous devons nous attaquer aux problèmes particuliers des États sortant d’un conflit ou cherchant à éviter l’effondrement de l’État …

Troisièmement, le Groupe de la Banque mondiale a besoin d’un modèle d’entreprise plus différencié pour les pays à revenu intermédiaire …

Quatrièmement, le Groupe de la Banque mondiale devra jouer un rôle plus actif dans la promotion des biens publics régionaux et mondiaux qui transcendent les frontières nationales et profitent à de nombreux pays et citoyens …

Cinquièmement, l’un des défis les plus notables de notre époque est de savoir comment soutenir ceux qui cherchent à faire progresser le développement et les opportunités dans le monde arabe …

Enfin, si le Groupe de la Banque mondiale possède certains des attributs d’une entreprise de financement et de développement, sa vocation est beaucoup plus large. C’est une institution unique et spéciale de connaissances et d’apprentissage. Il recueille et fournit des données précieuses. Pourtant, ce n’est pas une université – c’est plutôt un «brain trust» d’expérience appliquée qui nous aidera à aborder les cinq autres thèmes stratégiques. [Source: 29]

« Depuis des décennies, les spécialistes des questions de sécurité et de politique internationale débattent de l’émergence d’un système multipolaire. Il est temps de reconnaître la dimension économique de ce concept. Après avoir assisté à la disparition du « deuxième monde » en 1989, lors de la chute du communisme, nous avons observé en 2009 la fin de ce que l’on appelait le « tiers monde » : nous vivons maintenant dans une nouvelle économie mondiale multipolaire qui évolue rapidement », a déclaré M. Zoellick lors d’un discours au Woodrow Wilson Center for International Scholars à Washington, rappelant que certains avaient qualifié d’« occasion manquée » l’action menée par l’ancien président des États-Unis. « Nous ne pouvons plus nous permettre de tenir les mêmes discours géopolitiques qu’avant. »

« La pauvreté continue de sévir et doit être combattue. Les États défaillants existent toujours et doivent être pris en compte. Les défis mondiaux s’intensifient et doivent être relevés. Toutefois, nous devons aborder ces questions dans une optique différente », a déclaré M. Zoellick« Les notions désuètes de pays développés et de tiers monde, de donateurs et de demandeurs, de leaders et de suiveurs ne correspondent plus à la réalité. » declaration faite le 14 Avril 2010 par  le président du Groupe de la Banque mondiale Robert B. Zoellick.

Ainsi, les économies développées et en développement ont connu un accroissement des inégalités de revenus en leur sein depuis les années quatre-vingt. Le commerce s’est davantage globalisé sur la même période. De nombreuses études ont visé à déterminer si la mondialisation avait participé à l’intensification des inégalités. Elles ont pour cela cherché à identifier les divers canaux par lesquels le développement du commerce international a pu influencer les dynamiques salariales [FMI, 2007, Pavcnik, 2011]Lire plus dans: Le commerce international accroît-il les inégalités ?

D’après les estimations les plus récentes, 10 % de la population mondiale vivait avec moins de 1,90 dollar par jour en 2015, ce qui représente 734 millions d’habitants. Ce taux atteignait près de 36 % en 1990, soit 1,9 milliard de personnes. 

Mais cette tendance risque de s’inverser en 2020, en raison de la crise provoquée par la pandémie de COVID-19 (coronavirus) et la chute des cours pétroliers. Les populations pauvres en subiront les conséquences de plein fouet, du fait des suppressions d’emplois, du déclin des envois de fonds des travailleurs émigrés, des hausses de prix et de la désorganisation des services d’éducation et de santé notamment.

Pour la première fois depuis 1998, les taux de pauvreté repartiront à la hausse du fait de l’entrée en récession de l’économie mondiale et de la baisse sévère du PIB par habitant. La crise qui sévit actuellement risque d’effacer l’ensemble des progrès enregistrés ces cinq dernières années. En fonction d’une fourchette d’hypothèses sur l’ampleur de ce choc économique, entre 40 à 60 millions de personnes supplémentaires basculeront dans l’extrême pauvreté (moins de 1,90 dollar par jour) en 2020 à la suite de la pandémie, selon les estimations de la Banque mondiale. Le taux mondial d’extrême pauvreté pourrait augmenter à hauteur de 0,3 à 0,7 point de pourcentage, pour atteindre 9 % environ en 2020.

En outre, la proportion de la population vivant avec moins de 3,20 dollars par jour pourrait enregistrer une hausse comprise entre 0,3 et 1,7 point de pourcentage et atteindre une fourchette basse de 23 %, soit en valeur absolue entre 40 et 150 millions de personnes supplémentaires. Enfin, la part de la population mondiale vivant avec moins de 5,50 dollars par jour pourrait croître dans une fourchette comprise entre 0,4 et 1,9 point de pourcentage, pour atteindre 42 % ou plus, ce qui représenterait entre 70 et 180 millions d’habitants. Il convient de noter que ces projections sont extrêmement volatiles et sujettes à de fortes variations d’un pays à l’autre (a).

Ainsi, les économies développées et en développement ont connu une augmentation des inégalités de revenus en leur sein depuis les années 80. Le commerce est devenu plus mondialisé au cours de la même période. De nombreuses études ont cherché à déterminer si la mondialisation avait contribué à l’intensification des inégalités. Pour ce faire, ils ont cherché à identifier les différents canaux par lesquels le développement du commerce international pourrait influencer la dynamique des salaires. [Globalization and within-country income inequality, FMI, 2007; Pavcnik, 2011] . Lire plus dans: Le commerce international accroît-il les inégalités?]

Mais cette tendance devrait s’inverser en 2020, en raison de la crise provoquée par la pandémie de COVID-19 (coronavirus) et de la baisse des prix du pétrole. Les populations pauvres en subiront les conséquences, notamment les suppressions d’emplois, la baisse des envois de fonds des travailleurs migrants, les hausses de prix et la désorganisation de l’éducation et des services de santé, entre autres.

Le rapport de la CNUCED soulignait que la clé du succès serait de s’attaquer à une série de conditions préexistantes qui menaçaient la santé de l’économie mondiale déjà avant la pandémie. Il s’agit notamment de l’hyper-inégalité, des niveaux d’endettement insoutenables, de la faiblesse des investissements, de la stagnation des salaires dans les pays développés et de l’insuffisance des emplois dans le secteur formel dans les pays en développement. »La vraie préoccupation est que les inégalités étaient déjà là avant le COVID-19.

Le COVID-19 nous a rappelé que nous ne les avons pas abordés après la crise financière mondiale. La promesse était de remédier aux inégalités, mais la plupart des pays occidentaux n’ont pas réussi à le faire », a déclaré M. Kozul-Wright. »Il faut se concentrer sur le plein emploi et les salaires dans les économies avancées. Les pays en développement ont besoin de soutien pour stimuler leur développement industriel […] Nous avons besoin de politiques d’emploi et de salaires appropriées, mais nous aurons également besoin de politiques sociales appropriées », a-t-il ajouté.
Source: La CNUCED met en garde contre une « décennie perdue » et « l’hyper-inégalité » due au COVID-19

Recent publications of Said El Mansour Cherkaoui on Mexico and the Integration of North American Market

Mexico – City 1990 ★ Cuauhtémoc Cárdenas and Said El Mansour Cherkaoui

Cuauhtemoc Cardenas el hombre que institucionalizo a la izquierda About the Cuauhtémoc Cárdenas Solórzano Hijo de Lázaro Cárdenas del Río, nació en 1934, en la Ciudad de México. Es ingeniero civil por la UNAM con estudios en Francia, Alemania e Italia. Continue reading


Migration and Trade in North America: Trump Vision

Collision of Immigration and Trade: North America Versus Central America Trump putting 5% tariff on Mexican imports By The Associated Press | Posted: Thu 7:53 PM, May 30, 2019  | Updated: Thu 8:08 PM, May 30, 2019 WASHINGTON (AP) — President Donald Trump says he is slapping a 5% tariff on all Mexican imports to pressure the country to do more to Continue reading 


Immigration and North American Market – July 14, 2020

The issue of immigration was not tackled, reduced or resolved neither with the Bracero Program, the Maquiladoras, the opening of the Mexican Economy and its complete liberalization and privatization, and the Free Trade Agreements with the US and other nations around the world Continue reading


NAFTA Twenty Years Later

NAFTA at 20: One Million U.S. Jobs Lost, Higher Income Inequality By Lori Wallach My New Year’s celebrations this year were haunted by memories of January 1, 1994 — the day that the North American Free Trade Agreement (NAFTA) went into effect. I remember crying that day, thinking about the proud men and women in union Continue reading 


NAFTA and Labor

NAFTA Overview and Its Effect on Undocumented Immigration NAFTA stands for the North American Free Trade Agreement and it is a Preferential Trade Agreement (PTA) between the United States, Mexico, and Canada.  Continue reading 


US-Mexico-Canada Agreement

Why the big push for NAFTA if the promised gains were so modest and uncertain? Some of the explanation centers on the indirect benefits the United States could expect to derive from the Mexican prosperity predicted to result from its recent liberalization–if NAFTA could make it permanent. Even if NAFTA created no net trade increases Continue reading

North American Free Trade Agreement

The North American Free Trade Agreement created a preferential tariff area among the United States, Canada, and Mexico beginning on January 1, 1994. However, the drive for regional economic cooperation had begun as early as 1851 with bilateral free trade negotiations between the United States and Canada. A free trade area involving the United States Continue reading

NAFTA: U.S. and Mexico Preliminary Deal

President Trump said the United States and Mexico would be entering into a new trade deal called the United States-Mexico trade agreement, and that he wanted to get rid of the name of the 24-year-old North American Free Trade Agreement, Continue reading 

Trump and Nafta: Path of Negotiation and Reinvention

Officials say a handful of less contentious NAFTA chapters could still be concluded during the latest round of talks, and three people at the talks said the technical teams remained focused on their tasks, despite the uncertainty the steel tariff plan had caused. Continue reading 

From NAFTA to CUSMA

Since July 1, 2020, NAFTA has been replaced by a new free trade agreement CUSMA. As an importer, exporter and manufacturer, for your shipments which will be customs cleared on or after July 1, 2020, you are no longer be able to claim the NAFTA preferential treatment in Canada, the United States or Mexico. From this date on, for products “originating” in North America, Continue reading 


Martin ANOTA 
FMI (2007), « Globalization and inequality », in World Economic Outlook, chapitre 4, octobre.

HELPMAN, Elhanan, Oleg ITSKHOKI, Marc MUENDER & Stephen REDDING (2012), « Trade and inequality : From theory to estimation », in VoxEU.org, 20 mai.

PAVCNIK, Nina (2011), « Globalization and within-country income inequality », in Making Globalization Socially Sustainable, rapport de l’OIT et de l’OMC, chapitre 7, septembre.

Chapitre II: Cours Du Pétrole Et Déséquilibres Mondiaux, Author(s):International Monetary Fund. Research Dept.Published Date: May 2006

La CNUCED met en garde contre une « décennie perdue » et « l’hyper-inégalité » due au COVID-19

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s